dimanche 31 décembre 2017

Les Mages : Max Belabid s'en est allé

Max était véritablement une belle personne, un de ces hommes que l'on ne pouvait qu'apprécier et aimer, tellement il était avenant, agréable et serviable. Toujours le sourire, toujours un mot gentil avec ce regard bienveillant et cet accent particulier qui lui était propre. Il faisait intégralement, indissociablement, partie de la famille Mageoise. Car, ce qui compte avant tout, c'est l'homme dans ce qu'il a de meilleur, avec des valeurs que l'on se souhaiterait à tout le monde. Max était l'ami de tous, et sa sagesse, son discernement, son besoin maladif d'aimer les autres faisaient qu'on avait du plaisir à le rencontrer et à partager un agréable moment avec lui.
Il avait connu Chantal à Lyon où cette Mageoise exerçait son métier d'enseignante. De leur union est né un fils, Christophe. Très vite, le couple est revenu dans le Gard, d'abord à Alès, puis aux Mages dans leur belle maison qu'ils ont fait construire à la sortie du village.
Chantal et Max ont alors connu une vie heureuse et épanouie, malgré quelques petits soucis de santé, qui ne les ont jamais départis de leur empathie naturelle. Leur bonheur suprême a été la naissance d'Amélia, la fille de Christophe et de Marie-Claire, leur petite-fille qu'ils ont tant espérée, tant attendue…
Un rayon de soleil, une joie immense et cet espoir légitime de la voir grandir, de la garder, de l'accompagner le plus longtemps possible…Elle avait fait sa première commande au Père Noël… Et Max languissait du moment magique où elle découvrirait ses cadeaux au pied du sapin…
Hélas, le destin en a décidé autrement. Son décès, brutal, a plongé la population Mageoise dans une très grande tristesse. Chacun a eu soudain l'impression de perdre quelqu'un de proche. Et tous partagent le chagrin de Chantal, de Christophe, de Marie-Claire et de leur famille.
En ces douloureuses circonstances, Midi Libre présente ses condoléances à la famille dans la peine.

mercredi 27 décembre 2017

Les Mages : Arbre de Noël pour les acteurs de la vie municipale

Chaque année, à l'occasion du départ en vacances pour les fêtes de fin d'année, le maire et le conseil municipal organisent des moments de convivialité qui s'échelonnent tout au long de l'après-midi. Tout d'abord, pour l'arbre de Noël de l'école où cadeaux, livres et goûter sont offerts aux élèves avec la Société du sou. Après la sortie des classes, les enseignants sont invités à partager le verre de l'amitié avec les élus, et enfin en début de soirée c'est au tour des employés municipaux et des bénévoles de la médiathèque, accompagnés de leur conjoint et leurs enfants, de participer au traditionnel cérémonial des étrennes.
Un moment particulier puisque c'est certainement la seule fois de l'année où tous les acteurs de la vie municipale, élus et agents se retrouvent ensemble dans la convivialité. Le Maire Jean-Claude Paris étant absent, c'est la première adjointe Jany Sans qui a adressé ses vœux et remercié tous les employés du service administratif, du service technique, du service cantine garderie de l'école et les bénévoles de la médiathèque pour leur engagement, leur professionnalisme et leur compétence. Leur service à la population est toujours un élément essentiel dans notre village.
Après la remise des étrennes, la soirée s'est poursuivie par un apéritif dînatoire dans un brouhaha bien sympathique, où les cris d'enfants se mêlaient aux discussions joviales des parents.
Rappelons que la cérémonie des vœux du maire aura lieu le vendredi 5 janvier 2018, à la salle Fernand Léger.

mardi 26 décembre 2017

Les Mages : Noël des assistantes maternelles du Secteur Nord de Rousson

La belle histoire de Cabaret bébé sous la neige a émerveillé petits et grands
Ce jeudi 21 décembre était un jour particulier pour les assistantes maternelles et les enfants qu'elles accueillent: c'était la fête de Noël du Relais Assistants maternels désormais nommé "Secteur Nord Rousson", géré depuis l'année dernière par Alès Agglomération.
Ce fut un moment de plaisir partagé avec les parents venus se joindre au public déjà nombreux, représentant 140 personnes dont 33 professionnelles et 90 enfants! Le spectacle "Cabaret bébé sous la neige" a reçu beaucoup d'éloges de la part des petits et grands, qui sont restés émerveillés par cette belle histoire autour de l'hiver. Un buffet gourmand avec la présence du père Noël a également couronné cette matinée festive. Tout le monde est ensuite reparti, les yeux pleins d'étoiles et les mains chargées de livres offerts pour chaque enfant présent.

lundi 25 décembre 2017

Saint-Florent-sur-Auzonnet : Le CCAS a fêté Noël avec les enfants

Le Père Noël enchante...et intimide les enfants
Comme tous les ans, le CCAS (Centre Communal d'Action Sociale) et la municipalité offrent un après-récréatif aux enfants de la commune avec spectacle et goûter à la salle Aragon. Et, cerise sur le gâteau, il invite le Père Noël qui se fait un plaisir chaque fois à venir leur rendre une petite visite, malgré un emploi du temps fort chargé en cette période. Succès et émotion garantis !
En l'absence du Maire Gérard Catanèse empêché pour raisons de santé, c'est le vice-président du CCAS Thierry Bonnefoi qui a reçu la soixantaine d'enfants et leurs parents venus participer à ce moment récréatif. Celui-ci a débuté par un spectacle de magie avec la compagnie le théâtre Aladin qui a enchanté l'assemblée de petits et grands. Ensuite ce fut le tour d'un sculpteur de ballons qui a impressionné par sa dextérité.Des animations qui ont permis à tous de passer un excellent après-midi.
Et l'arrivée du Père Noël a été le moment le plus magique -et intimidant - pour nos gentils bambins. Le généreux bonhomme a procédé à la distribution du goûter, pris des selfies avec les enfants.
Ce bel après-midi s'est passé dans une ambiance conviviale avec les parents autour de friandises, de chocolat chaud offerts et servis par les membres du CCAS.
Rappelons que le CCAS, autrefois appelé "bureau de bienfaisance", est présidé par le maire. Son conseil d'administration est constitué paritairement d'élus locaux et de personnes impliquées dans le secteur de l'action sociale et solidaire de la commune, cooptées par le conseil municipal. A Saint-Florent, il se réunit autant de fois que nécessaire pour venir en aide aux personnes démunies, en attribuant des secours ou des bons d'achats après étude de chaque dossier. Les ressources du CCAS sont inscrites au budget de la commune. En outre il reçoit des dons, à l'occasion de mariages par exemple. Une tradition qui, hélas, se perd.

dimanche 24 décembre 2017

Les Mages : Inauguration de la station de recharge

Myriam Boyer, Jany Sans et José Blanchet
La commune des Mages dispose depuis le mois de juillet d’une station de recharge pouvant accueillir deux véhicules électriques. Celle-ci est implantée sur le parking du cimetière.
Son inauguration officielle a eu lieu ce mardi 19 décembre 2017 en présence de José Blanchet, vice-président et de Jean-Pierre Illy, responsable des bornes du SMEG (Syndicat mixte d'électricité du Gard),de Myriam Boyer et Jany Sans, adjointes au maire des Mages.
Ces bornes accélérées sont équipées de deux points de charge avec possibilité de recharger simultanément deux véhicules et/ou des vélos. Tous les types de prise sont disponibles (domestique, T2 et T3). Les trappes d'accès à la charge sont sécurisées pour permettre à l'usager de s'absenter le temps de la charge.
Pour faciliter la mobilité, le tarif est unique pour les utilisateurs sur l'ensemble du territoire. Le coût de recharge est à 1.50 € TTC pour les abonnés (abonnement à 12€ TTC / an) et de 3 € TTC pour les non abonnés jusqu’à la première heure de charge. Au-delà, le tarif est décompté à la minute (1,50 € TTC / heure, soit 0.025 € la minute, abonné ou pas). Ce tarif est identique pour l’ensemble de la région Occitanie.
Pour accéder à la charge, l'usager dispose de deux moyens: la carte d'abonnement et/ou l'application mobile « REVEO » disponible gratuitement sur Android et iOS. Toutes les informations sont disponibles à l'adresse suivante: www.reveocharge.com ou sur les panneaux d'affichage installés sur la station de recharge.

vendredi 22 décembre 2017

Vallée de l'Auzonnet : Christophe Bruyère s'en est allé


 Il aura lutté jusqu'au bout, avec cette énergie qui le caractérisait, parce qu'il ne voulait pas que ce mal implacable qui le rongeait prive son épouse Karine et ses enfants Rachel et Lou de son affection, de sa présence protectrice et de son soutien permanent en toutes circonstances.
Hélas, la maladie a été la plus forte. Elle a fini par emporter le battant et courageux Christophe Bruyère. Il avait 44 ans. On retiendra de ce grand sportif, son élégance, sa gentillesse, mais aussi sa pugnacité lorsqu'il était sur le terrain. Il a joué à l'Olympique Mageois, puis au Vétérans de l'Auzonnet et était un des éducateurs appréciés de l'EFVA.
Stéphanois d'origine, bien connu dans la vallée et le milieu du football, Christophe a d'abord demeuré au Martinet avant de s'installer à Saint-Julien-de-Cassagnas, où il avait fait construire sa maison, pour abriter sa famille, aspirant ainsi à un bonheur simple et des jours heureux auprès des siens qu'il chérissait.
Une autre famille, celle du foot est en deuil. Elle lui rend hommage pour tout ce qu'il a fait pour ce sport qui le passionnait et pour lequel il a tant donné.
En ces douloureuses circonstances, Midi Libre présente ses condoléances à la famille dans la peine.

mercredi 20 décembre 2017

Les Mages : bourse au jouets et marché de Noël réussis pour la Société du Sou

Décidément la Société du sou a pris un rythme de croisière assez impressionnant, comme le vide grenier d'octobre dernier au stade de Labadie archi-comble qui a attiré un public nombreux. Cette fois-ci, le challenge a été d'organiser simultanément un marché de Noël et une bourse aux jouets, le tout conjugué à des animations comme l'initiation au tir à l'arc avec les archers de Saint-Ambroix, la chorale des enfants de l'école, les photos avec le Père Noël et des promenades avec lui dans sa calèche. Et pour cela, il a fallu mobiliser toutes les énergies, solliciter les salles Fernand Léger et des Sports, emprunter à la mairie du Martinet six barnums et la maison du Père Noël , une buvette restauration, installés sur la place Gilbert Blanc.
Un vent glacial soufflait ce dimanche et les exposants situés à l'extérieur en ont souffert.
Une gageure réussie cependant, qui a attiré une soixantaine d'exposants, artisans, associations, petites mains ayant un violon d'Ingres ou enfants venus participer à la bourse aux jouets. Et une satisfaction pour le président de la Société du sou des écoles Vincent Lobligeois qui se félicite de l'efficacité de son équipe "Je peux compter sur une quinzaine de parents membres de l'association toujours présents aux réunions, à l'élaboration des projets et à leur réalisation. Avec en plus une dizaine de personnes extérieures prêtes à donner bénévolement un coup de main dès qu'on fait appel à eux, comme c'est le cas aujourd'hui. Une telle manifestation nous a demandé plus d'un mois de préparation et nous sommes ici de puis six heures du matin pour tout mettre en place.Je remercie les mairie des Mages pour son aide précieuse en terme de locaux et celle du Martinet pour le prêt de barnums et la maison du Père Noël. Personne n'a fait défaut. Nos enfants et notre école méritent bien ça !"

mardi 19 décembre 2017

Saint-Florent-sur-Auzonnet : arbre de Noël des municipaux

En l'absence du maire Gérard Catanèse absent pour raisons de santé, c'est le premier adjoint Raymond Reboul qui a remis un chèque cadeau à chaque employé communal administratif, scolaire , technique et aux bénévoles qui gèrent la bibliothèque, en présence des élus du Conseil municipal.Il a remercié chacun et chacune pour son engagement et son dévouement au service des administrés. Le Père Noël est venu en personne remettre lui aussi un chèque cadeau aux enfants du personnel.Le verre de l'amitié a clôturé cette cérémonie.
Les vœux du Maire auront lieu le vendredi 12 janvier 2018.

lundi 18 décembre 2017

Saint-Florent-sur-Auzonnet : braderie de Noël à la Malle aux fringues

Tout est prêt dans un cadre accueillant
La Malle aux fringues fait sa grande braderie juste avant Noël. Cette structure d'utilité sociale se décline à la fois en un atelier et un magasin où l'on trouve des vêtements pour enfants et adultes ainsi que des chaussures,de la maroquinerie, des jouets, linge de maison, puériculture, poussettes, landaus, etc…
Tous les articles vendus sont quasiment neufs .Ils proviennent de dons de personnes qui préfèrent les confier à la Malle aux Fringues plutôt que de les laisser "moisir" dans leur garde-robe, afin qu'ils connaissent une nouvelle vie et fassent le bonheur à d'autres propriétaires, le tout pour une somme modique (de 1€, 2€ à 5€ maxi) .Et lors de cette braderie la clientèle bénéficiera d'une remise supplémentaire de 50%. Il ne s'agit en aucun cas d'une œuvre de charité, mais bien d'une action solidaire puisqu'elle permet à des personnes en recherche d'emploi de trouver à La Malle aux Fringues une structure qui leur offre à la fois une aide technique, sociale et administrative au travers d'une formation professionnelle d'excellent niveau. Les clients qui viennent faire leurs achats font incontestablement des affaires, avec en même temps la satisfaction de permettre à ce chantier d'utilité sociale de mener à bien ses objectifs de retour à l'emploi de ses stagiaires (environ 60%)
La braderie de la Malle aux fringues connaît un succès grandissant, avec des volumes de ventes phénoménales. Il ne fait guère de doute que cette fois-ci encore du 18 au 22 décembre nombreux seront les clients venus se faire plaisir à tout petit prix. Il y a vraiment d'excellentes affaires à réaliser !
Entre outre, la Malle aux fringues, offre au public des services de lavage, séchage,repassage de petits et gros volumes ainsi que de la couture sur mesure à des prix très intéressants.
Cette structure d'utilité sociale est gérée par l'association d'insertion FAIRE présidée par Michel Malplat et dirigée par Arnaud Gigot-Rhode.
Elle emploie 8 salariées en contrat de 6 mois renouvelables jusqu'à 12 mois, avec un projet professionnel soutenu techniquement par Julie Peroz, et accompagné administrativement par Pascale Lorini .
La Malle aux fringues est habituellement ouverte du lundi au vendredi, de 9h00 à 12h00 et de 13h300 à 17h30.(Fermeture mercredi après-midi)
A l'occasion de la braderie,elle sera ouverte non stop du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00.(Fermeture mercredi après-midi)
Contact : 04 66 25 68 88

Les Mages : retrouvailles festives de la Tourette à Saint-Florent-sur-Auzonnet


Le club Mageois de la Tourette qui fédère de nombreux adhérents de toute la région se délocalise une ou deux fois par an à la salle Aragon de Saint-Florent-sur-Auzonnet, beaucoup plus vaste que celle des Mages afin d'accueillir dans les normes les 143convives présents, en pleine forme, prêts à montrer leur jeunesse d'esprit et leur savoir-bien-vivre nonobstant les quelques rhumatismes oubliés pour la circonstance.Un diaporama retraçant les principales activités du club cette année (voyages, sorties champêtre, thé dansant..) a été diffusé avant l'apéritif.Claudine Amat représentant la Fédération départementale de Générations Mouvement et Jean-Claude Paris, maire des Mages étaient présents. Le maire de Saint-Florent Gérard Catanèse était absent pour raisons de santé.
S'adressant à l'assistance, la présidente Aimée Le Mercier s'est félicitée de "cette grande rencontre festive, qui réunit la grande famille de la Tourette, qui sait se retrouver pour faire la fête et évoquer des souvenirs communs, malgré parfois quelques divergences" remerciant ses collaborateurs de "l'avoir aidée en un moment difficile pour elle" citant le proverbe " Les vrais amis se dévoilent dans l'adversité", c'est cela aussi l'esprit du bénévolat."
La journée s'est déroulée dans une bonne ambiance, le repas servi par "Bruno" a régalé l'assistance qui a pu digérer et virevolter sur la piste de danse animée par l'orchestre "Mad-in-song". Tous ont vécu un excellent moment : "Un rayon de soleil dans la grisaille de l'hiver" dira Aimée Le Mercier.
Rendez-vous est donné aux Mages, le 19 décembre 2017 à Bauquier pour la belote et à la salle Fernand Léger pour fêter la nouvelle année, le 1er janvier 2018.

Les Mages : Un marché de Noël tristounet

C'est la troisième année que la marché traditionnel accueille le « marché de Noël » sur la place des frères Nouvel, et ceci pendant deux mercredis consécutifs, les 13 et 20 décembre 2017
Si une dizaine d'exposants s'étaient inscrits, deux seulement se sont présentés, et par conséquent, même si les objets confectionnés , tous superbes et faits main garanti,leurs stands étaient un peu tristounets sous un froid assez vif. Et la clientèle ne s'est pas trop attardée...Espérons que mercredi prochain ce sera mieux !

Saint-Florent-sur-Auzonnet : Claude Roussel s'en est allé

Dernièrement avaient lieu les obsèques de Claude Roussel, natif de Saint-Florent, décédé brutalement à l'âge de 66 ans. Le défunt a passé sa jeunesse aux cités de la Valette avec sa sœur Babette. Leur père Raymond était mineur, leur maman Paulette, mère au foyer s'en est allée en 2013, à l'âge de 100 ans. Tous deux reposent au cimetière de la commune.
Jeune homme très actif, sympathique, affable et sportif, Claude aimait les activités de l'époque, entre copains : beaucoup de vélo, moyen de déplacement universel de l'époque, des parties de pétanque,joué au club de l'Olympique de Saint-Florent,fréquenté l'école communale. Jamais il n'oubliera son village de cœur.
Pour entrer dans la vie active comme chauffeur routier, il a dû quitter Saint-Florent et habiter à Nîmes, non loin de sa sœur Babette, de son beau-frère et de ses nièces et neveux dont il était très proche.
Il y a quelques années Claude, retraité et célibataire, avait recueilli sa maman lorsque, l'âge venant, elle a eu des difficultés à assumer toute seule les nécessaires activités du quotidien liées à l'isolement. Mais il la ramenait régulièrement à la Valette, dans son logement des mines qu'elle avait gardé, afin qu'elle puisse revoir pendant quelques jours les quelques dames, veuves pour la plupart, qui, comme elle, avait connu la cité prospère et vivante, aux cris et rires d'enfants, et assisté peu à peu à son déclin à la suite de la fermeture des mines. Ses obsèques ont eu lieu en l'église de Saint-Florent, en présence de quelques personnes qui l'ont bien connu, camarades et voisines. Une de ses nièces a rendu un émouvant hommage à ce tonton gâteau, prévenant et affectueux parti trop tôt, trop vite qui laissera un grand vide affectif à sa famille. Il repose maintenant au cimetière de la commune auprès de ses parents.
Midi Libre présente ses condoléances à sa famille dans la peine.

vendredi 15 décembre 2017

Saint-Florent-sur-Auzonnet : Bon comportement de nos tireurs en compétition

Comme toutes les années, la Société Nîmoise de Tir, spécialiste du tir à air comprimé dans le Gard, a organisé le Championnat Départemental 10 m (pistolet, carabine et arbalète) les 11 et 12 novembre. Cette année, 6 tireurs du Club, dont pour la première fois, un cadet, y ont participé après s'être patiemment entraînés au stand des Peyrouses. Julien Léger (CG), 1er, André Dolata (S3), Alain Foisse (S3) et Claude Pagès (S2), au "Pistolet précision", firent des scores plus qu'honorables dans cette discipline très technique et des plus relevée.
Francine Derrider (D2) en "Pistolet vitesse" et en "Pistolet standard", a réalisé de bonnes séries et se classe deux fois 1ère dans chacune de ces catégories. À la "Carabine précision", Jean-Pierre Rodriguez (S3), obtint aussi le titre de Champion.
Le C.T.S.F. se pare donc de 4 titres départementaux.
C'est à Sète, au T.O.S., haut lieu du tir à air comprimé dans la Ligue, que s'est déroulé le Championnat Régional 10 m en air comprimé avec pas moins de 450 compétiteurs, toutes catégories confondues. Les 6 mêmes tireurs se sont succédé sur les pas de tir afin de décrocher une place pour le Championnat de France qui se déroulera à Tarbes, du 06 au 10 février 2018.
À la "Carabine précision", Jean-Pierre Rodriguez se place sur le podium avec une 3ème place glanée par la réalisation de très bonnes séries.
Au "Pistolet précision", André Dolata, Alain Foisse (11ème/45), Claude Pagès et le cadet Julien Léger, furent très près de leurs niveaux habituels, se classant dans le premier tiers de leur catégorie respective et ce, dans des séries particulièrement relevées.
Au "Pistolet standard" et au "Pistolet vitesse", Francine Déridder fit de même avec des scores très prometteurs.
Souhaitons à tous ces tireurs de continuer à bien se comporter dans les futures compétitions nationales.

Les Mages : Arbre de Noël à Les Mages Sédisud FC

Samedi, le club "Les Mages Sedisud" a organisé son arbre de Noël à la salle des sports. Le père Noël est venu apporter les cadeaux aux 21 enfants présents, qui, en attendant son arrivée, ont pu jouer à différents jeux comme la marelle, les quilles, le hula hoop, les boîtes de conserves ou les boules carrées.Un goûter leur a ensuite été servi.

mercredi 13 décembre 2017

Les Mages : premier PACS sur la commune

Jany Sans, Aurélie Brunel, Vladimir Radivo et Jean-Claude Paris
Ce lundi 4 décembre Vladimir Radivo et Aurélie Brunel, tous deux demeurant aux Mages, se sont présentés en mairie où Jany Sans, première adjointe les a reçus pour une petite cérémonie destinée à leur faire signer leur convention du PACS (pacte civil de solidarité) qui atteste officiellement leur union, non maritale certes, mais chargée d'autant d'émotion puisque tous deux attendent un heureux événement. Et par conséquent, non pas un échange d'alliances, mais de belles bagues qui officialisent symboliquement leur union.
Un premier PACS sur la commune, mais sûrement pas le dernier puisque depuis le 1er novembre 2017, les couples qui veulent se pacser doivent s'adresser à la mairie de leur résidence commune. Les tribunaux d'instance ne prennent donc plus les demandes de rendez-vous. L'officier d'état civil doit désormais apporter son visa à la convention de Pacs qui peut simplement être déposée à la mairie avec l'ensemble des justificatifs qui suivent. Le Pacs, instauré en 1999, est un contrat ouvert à tous les couples, sous certaines conditions. Les partenaires doivent rédiger une convention, puis la faire enregistrer en fournissant plusieurs documents.

mardi 12 décembre 2017

Les Mages : les Genets ont fêté Sainte-Barbe

Comme chaque année,ce samedi, une cinquantaine d'adhérents du club des "Genets de l'Auzonnet" se sont retrouvés à la salle Fernand Léger pour célébrer la Sainte Barbe. Beaucoup sont de près ou de loin liés à cette histoire de la mine, parce qu'ils en sont retraités, ou veuves, ou enfants de mineurs.
Mais cette fois-ci, on ressentait une certaine tristesse dans l'assistance et un moment très émouvant lorsque la présidente Monique Madry,est venue,s'absentant de son domicile quelques minutes, pour souhaiter une bonne fête à l'assistance avec une voix étranglée de sanglots. Tous savent en effet que son mari Pierre, le dynamique trésorier de l'association, subit une épreuve difficile qui nécessite une assistance quasi permanente de son épouse et de soignants pour l'aider à surmonter ce pénible moment. En attendant, l'intérim est assuré par Jacqotte Fabre à la présidence et Christine Diet pour la trésorerie.
Après les mots de bienvenue du maire Jean-Claude Paris, Jacquotte Fabre a rappelé les raisons pour laquelle chaque année on fête Ste Barbe, un devoir de mémoire "en hommage aux mineurs, qui effectuaient un travail dangereux et connu au fil des ans tant de catastrophes, mais qui savaient se distraire à la Ste Barbe, gaiement, avec beaucoup de réjouissances, de jeux, de bons repas comme celui d'aujourd'hui servi par Bruno Traiteur avec une animation d'Hervé Ambiance". Elle a remercié Myriam Boyer, Jocelyne Catanèse, Domi et Jean-Philippe Thibon ainsi que la municipalité pour leur aide logistique.
Autant de souvenirs que se sont remémoré les nombreux convives qui ont passé un bon moment dans une excellente ambiance.
 

lundi 11 décembre 2017

Saint-Florent-sur-Auzonnet : Des activités multiples avec Loisirs et Détente

Une ambiance chaleureuse et très solidaire
L'association "Loisirs détente" a vu le jour en 1995 et son objectif premier était à l'époque de créer un lien social ouvert à tous et à toutes, à la fois intergénérationnel et inter associatif. Un bon moyen aussi de resserrer des liens parfois lorsque, l'âge venant, la solitude et l'isolement pourraient générer à un déprimant repli sur soi.
Aujourd'hui 32 adhérentes (les messieurs semblent moins intéressés) se retrouvent plusieurs fois par semaine pour pratiquer une des activités proposées par le club. Le lundi matin est consacré à la poterie, le jeudi après-midi à la peinture sur porcelaine, kirami, mosaïque, peinture sur tissu et le vendredi après-midi est consacré aux jeux de société, belote,rami,scrabble et aussi tricot, couture…
D'entrée on ressent une ambiance feutrée et une osmose sympathique entre ces dames qui jouent avec sérieux aux cartes ou qui s'adonnent à leur activité manuelle avec beaucoup d'application. Une atmosphère à la fois conviviale et dynamique dans laquelle on se sent bien.
Un groupe qui apprécie énormément ce cocon familial aux petits soins de Danielle Varet, Gisèle Niel et Chantal Demange qui leur prodiguent des conseils techniques, veillent à ce que tout soit bien en place, le goûter final offert y compris, moment convivial incontournable où les langues se délient, où les bavardages fusent, les blagues aussi.On aime.
Pour se faire connaître l'association participe à de nombreux marchés artisanaux ou de Noël dans les villages voisins.
Abritée par la municipalité, tous frais compris, dans un local de l'ancienne école maternelle, l'association se porte bien, autant sur le plan des adhésions que financiers. Et pour cela elle bénéficie d'une subvention municipale, des cotisations de ses membres (12€/an pour jeux de société , 15€ pour tous les ateliers de septembre à juin)et du loto annuel.
A noter que Loisirs détente partage volontiers son local avec l'ACAC pour les réunions. Laquelle l'utilise aussi en ce moment pour que des enfants peignent une fresque sur les murs extérieurs (communaux) de l'association, rue des anciennes écoles. (Article paru dans une édition précédente de Midi Libre).
Pour tout renseignement:
Gisèle Niel, présidente : 06 32 62 37 97
Chantal Demange, secrétaire : 06 74 36 34 20
Danielle Varet, trésorière : 06 31 56 07 92

Les Mages : un loto bien garni pour les écoles

Un public nombreux venu pour le jeu, et en soutien au Sou des écoles
C'est un beau loto de la Société du sou de l’école des Mages qui s’est déroulé ce 3 décembre dans une salle Fernand Léger bondée. Beaucoup de personnes sont venues non seulement par esprit du jeu afin de gagner de beaux lots dont une brouette garnie et une télévision, mais aussi parce que leur participation permet aux enseignants de s’équiper en matériels supplémentaires à ceux fournis par la Municipalité. Une satisfaction pour le Président Vincent Lobligeois et son équipe qui savent compter sur des partenaires généreux.
Maintenant place à l’organisation du marché de Noël du 16 décembre à partir de 9h à la salle Fernand Léger et au Temple. Animations gratuites toute la journée, photos avec le Père Noël, tour de calèche gratuite à partir de 14h00, à 15h30 chants de Noël des enfants de l'école orchestré par Geneviève Ruiz , tir à l’arc organisé par l’association de Saint-Ambroix. Petite restauration et buvette sur Place.
Le Sou des écoles tient particulièrement à remercier la mairie des Mages pour ses disponibilités ainsi que pour son aide si précieuse. Merci aussi le Maire du Martinet pour le prêt de barnums et au Comité des fêtes du Martinet pour le prêt de la maison du Père Noël .

dimanche 10 décembre 2017

Les Mages : Simone Pascal nous a quittés

Une des dernières fois qu'on l'avait vue, c'était pour l'émouvante cérémonie de l'inauguration du stade municipal qui portera désormais le nom d'Alain Pascal, son fils décédé brutalement d'un mal implacable. Et ce jour-là, si le moment se voulait festif, chacun a pu ressentir une immense peine de voir Simone découvrir sur le mur du vestiaire, la photo et le nom de ce fils, estimé de tous, qu'elle ne verra plus.
Aux Mages et dans la vallée, tout le monde savait qu'elle n'avait pas eu la vie facile. Son mari, Jacky, ayant perdu la vie dans un accident de la route, elle a dû faire front pour élever ses deux jeunes fils Alain et Serge. Elle conservera toujours un éternel sourire empreint d'une certaine tristesse, se partageant entre la paroisse pour exprimer sa grande foi et le club des Genets qu'avait fondé son beau-frère, le regretté Edmond Muller.
Et depuis la perte de son époux, elle s'est consacrée à ses enfants, sa famille qui s'est agrandie peu à peu avec des petits-enfants, puis dernièrement la venue au monde de ses deux arrière-petites-filles qui ont fait sa grande joie et son grand bonheur. Pendant longtemps elle sera, avec son frère Christian et sa belle-sœur Gisèle dont elle était très proche, d'un grand soutien pour leurs parents qui ont grâce à leur affection, pu vivre une fin de vie agréable et paisible.
Simone Pascal était une belle figure de notre village, non pas que ce fut par une grande exposition médiatique, mais parce que, bien au contraire, elle a gardé toute sa vie durant une grande discrétion à la mesure de sa gentillesse, de son altruisme, de sa serviabilité et de sa belle âme.
Son malheur, elle l'a porté tant qu'elle a pu, pour les siens…mais le goût de vivre petit s'en est allé. Elle s'est éteinte doucement, entourée par l'affection de ses proches.
Ses obsèques se sont déroulées en présence d'un grand nombre d'amis venus lui rendre un dernier hommage et soutenir la famille dans la peine.
En ces douloureuses circonstances, Midi Libre présente ses condoléances à la famille dans la peine.
Cet article a été tronqué par Midi Libre qui me reproche de faire des nécrologies trop longues...Cette fois-ci, la Rédaction est passée à l'acte. Aucun affect, aucune émotion...Ce qui est paru dans le journal d'aujourd'hui dénature mon article , en le transformant en un résumé froid et indifférent de ce que vous venez de lire ci-dessus.
Désormais, je ne ferai plus de nécrologies...
Croyez que je le regrette beaucoup. 

Les Mages : belle exposition "Instant nature" à Bauquier

Ce vendredi avait lieu à Bauquier le vernissage de l'exposition "Instant nature" qui réunissait cinq artistes éclectiques aux moyens d'expression de prime abord très éloignés sur le plan de la technique, mais finalement très proches lorsqu'il s'agit d'exprimer une même passion viscérale pour la nature qu'elle soit végétale, animale ou minérale. Une sorte d'ode donc à ce que la planète nous offre de précieux -fragile- et qu'il convient de savoir observer, d'imaginer avec poésie et de respecter sans doute. Une ambiance bucolique et allégorique très harmonieuse saisit le visiteur saisit par une exposition qui d'évidence à su se marier dans une belle harmonie. Et les artistes sont unanimes. L'osmose a été immédiate et toutes les œuvres ont trouvé leur place de façon "naturelle" preuve s'il en était besoin que la gageure était réussie.
Sylvie Girard a exposé plusieurs fois aux Mages et l'on connaît sa maîtrise du modelage sur grès de figurines animales ou lutins qui cohabitent dans univers fabuleux et certes paisible. Cambou quant à elle, n'échappe pas à sa volonté d'associer le végétal et le minéral avec une technique qui lui est propre, impression de veines de bois renforcées ici à l'encre de chine, d'un noir superbe qui semble la captiver. Clément Giordano aime les Cévennes , ses paysages et sa vie animale. Photographe passionné, il passe des heures à guetter la bête craintive, ou le moment quand la lumière donnera plus de beauté à la montagne cévenole.
René Huré, quant a lui a choisi de donner une nouvelle vie aux bois d'olivier ou d'amandier d'arbres qui gisent, abandonnés du côté des Pastrous dont certains depuis le grand gel de 1956. Ses œuvres en partie travaillées au tour, se marient très bien dans le décor. La très sensible Mireille Girard, autrefois vannière, s'adonne maintenant à la création de petits personnages ou de vaisseaux aériens en rotin 'un très bel effet. Une très belle exposition qui a séduit le public présent.
Visible du 35 au 14 décembre 2017 (mardi, jeudi et vendredi de 15h à 19h, mercredi de 9h à 12h30, samedi et dimanche de 9h à 18h)

vendredi 8 décembre 2017

Les Mages : Tennis-Club, peut mieux faire

L'équipe Mixte des 13/14 ans a perdu 2/1 contre le TC Cendrasien 1.
Dure défaite pour l'équipe Seniors Dames 5/0 contre Le TC Langlade 1.
En coupe de l'Amitié Dames 2ème Division match nul 2/2 contre BCI 1 Isle-sur-Sorgue.

Ce samedi sur les courts de tennis de Serre Manie des Mages :
Les + 45 ans Messieurs 2ème Division recevront As Bas Rhône Languedoc Nîmes 2.
Les 13/14 ans Mixte recevront le TC Saint Gilles.
Le dimanche l'équipe Seniors II recevra Le TAC2.
Tandis que :
L'équipe Seniors Messieurs I se déplacera à Saint-Quentin-la-Poterie I.
L'équipe Seniors Messieurs III se déplacera au TC Codognan II.
Le mardi 12 décembre les Dames en Coupe de l'Amitié recevront Villeneuve.

mercredi 6 décembre 2017

Les Mages : Marc Gineste nous a quittés

La nouvelle du décès de Marc Gineste, terrassé par un mal implacable et foudroyant à l'âge de 67ans a plongé tous ceux qui le connaissaient dans une profonde consternation et une grande tristesse. Natif de Saint-Jean-de-Valériscle, il s'était installé aux Mages avec son épouse Josette et leur petit Sylvain. Tout semblait sourire à ce couple éminemment sympathique et attachant et Marc participait activement à la vie de la commune, notamment en tant que joueur à l'Olympique Mageois. Hélas saura-t-on jamais comment le destin tisse ses toiles. Pourquoi la gentille Josette s'en est allée en 1996, foudroyée par une terrible maladie, le laissant seul avec son petit Sylvain, alors âgé der 13 ans. Un deuil dont il ne se remettra jamais. Dès lors ce papa modèle et dévoué se consacrera au bien-être de son fils nonobstant les épreuves des licenciements économiques chez Gard, Scanzi, SRDE et pris sa retraite à Artès.
Il passait le plus clair de son temps chez son ami Jean-Pierre Ganozzi. Et c'est là, grâce à lui que Sylvain s'est passionné pour la mécanique et qu'aujourd'hui il est gendarme mécanicien à Auxerre. Tous ceux qui connaissaient Marc respectaient sa tristesse et son chagrin. Il aurait voulu que sa Josette partage avec lui ce grand bonheur d'avoir des petits-enfants Charly en 2011 , puis dernièrement Calysta née en 2017.
Ses obsèques ont eu lieu au cimetière de Saint-Florent où repose Josette, en présence d'un grand nombre d'amis venus lui rendre un dernier hommage et soutenir la famille dans la peine. Sylvain lui a rendu un émouvant hommage "Papa, tu n'as pas eu une vie facile, tu m'as élevé seul, et grâce à toi je suis devenu un homme et un père de famille. Je sais que maintenant tu as rejoint maman et les personnes qui ont compté pour toi et que de là-haut, vous allez veiller sur nous. On vous aimera toujours".
En ces douloureuses circonstances Midi Libre présente ses condoléances à la famille dans la peine.

Saint-Florent-sur-Auzonnet : Succès de l'après-midi country organisé par Auzonnet-Loisirs


Les responsables de l'association "Auzonnet Loisirs" sont satisfaits et rassurés du vif succès de l'après-midi dédié à la danse country , compromis, selon eux, "par quelques rumeurs erronées qui ont circulé sur une hypothétique annulation de cette manifestation festive et conviviale organisée à la salle des fêtes Louis Aragon à St-Florent-sur-Auzonnet". L’animation avait été confiée à Chantou présidente et animatrice du club "Ceven’s Canyon Country" du Martinet et à ses nombreux et sympathiques adhérents.
Plus de 150 personnes ont fait le déplacement. Les amoureux de la danse et de la musique country ont pu se régaler du spectacle offert par les nombreux clubs de la région.
Les membres du club Auzonnet-Loisirs se félicitent de la réussite de cette journée.

mardi 5 décembre 2017

Les Mages : Exposition " Instant Nature" à Bauquier


Saint-Florent-sur-Auzonnet : conseil municipal du 27 novembre 2017

Ce conseil municipal comportait 12 points, mais deux décisions modificatives ont été annulées.La troisième concernant le budget primitif 2017 du M49 (eau et assainissement) remplace une délibération du dernier conseil d'un montant de 12 232€. Voté à la majorité moins 2 contre.
Le conseil délibère ensuite sur le remboursement de frais des élus conformément au code général des collectivités territoriales:frais de transport, d'hébergement, dépenses annexes, etc… sous certaines conditions. (55€ la nuitée+petit-déjeuner en métropole, 70€ à Paris - Frais de repas 15,25€). Voté par 11 pour et 2 abstentions.
Afin d'être en conformité avec les dernières évolutions réglementaires, la société JVS-Mairistem propose une évolution du service de transmission des actes en préfecture par le dispositif IXChange. Unanimité.
Le principe de la redevance réglementée pour les chantiers provisoires de travaux sur des ouvrages de distribution de gaz sur le domaine communal est voté à l'unanimité.
L'indemnité attribuée au receveur municipal pour prestations de conseil et confection des documents budgétaires est votée à l'unanimité.
Le conseil vote ensuite la participation de la commune de 12€ pour la protection complémentaire des agents qui pourront justifier d'un certificat d'adhésion à une garantie prévoyance labellisée.
Une motion de soutien pour la défense des services public concernant la Poste de St-Martin-de-Valgalgues est votée à l'unanimité.
Le logement situé au 1er étage du bâtiment des anciennes écoles sera libre au 1er décembre. Le maire propose de le relouer 400€ par mois.Unanimité.
Concernant le projet d'éclairage public sur la RD 59 (traversée de St Florent) est exposé. L'estimation des travaux s'élève à 27 000€ HT. Voté à l'unanimité.
Concernant le réseau de collecte des eaux usées au chemin Laurent, tranche 2 quartier la Bruyère et Carail Nord, le rapport d'analyse du cabinet d'études AMEVIA INGENERIE s'est porté sur le choix de l'entreprise sur SAS SCAIC/CANONGE qui fait la proposition économiquement la plus avantageuse. Le Conseil suit et vote à 11 pour et 2 abstentions

dimanche 3 décembre 2017

Saint-Florent-sur-Auzonnet : Exposé de Richard Bousiges à l'occasion de l'inauguration du musée de la mine



Richard Bousiges, Gérard Catanèse, Paul Rouverand et Louis Robert

L'exposé de Richard Bousiges, extrêmement instructif, intéressant et documenté a fait l'objet de nombreuses demandes de la part des personnes présentes lors de l'inauguration, et, de bouche à oreille, de beaucoup d'autres.
Richard m'a autorisé à en publier l'intégralité dans Reglisse-Vanille.
Merci à lui, de ma part, et du vôtre, chers lecteurs, qui y touverez une "mine" d'informations sur le passé minier de notre village en particulier, de vallée et de notre région en général.


Inauguration du musée de la mine
Monsieur le Maire, mesdames, messieurs, chers amis…
Bien qu’appréciant aussi l’art contemporain, j’ai entrepris depuis quelques temps des recherches sur ce sujet de la mine dans la vallée de l’Auzonnet…
Quelle belle et utile initiative que celle prise par M. Rouverand et la commune de Saint-Florent ! Ouvrir un musée de la mine – ou un espace minier- pour garder le souvenir de ce passé qui a été déterminant socialement et économiquement. C’est une belle façon de rendre hommage à tous ceux qui ont travaillé durement dans la mine.
Il faut tout d’abord rappeler l’importance qu’a eue l’exploitation des mines de charbon dans cette partie des Cévennes, la vallée de l’Auzonnet. On compte plus de 200 ans d’exploitation minière : de 1758 à 1975 !
En effet, cette histoire de la mine dans notre vallée a débuté en fin d’année 1758, quand Louis Gilly de Saint-Jean-de-Valériscle, qui fut un précurseur, utilisa le charbon de terre, au lieu du charbon de bois, pour le fonctionnement d’une verrerie. Cette initiative fut la bienvenue car la déforestation en France et particulièrement en Cévennes était très importante… L’Aigoual, par exemple, était complètement dénudé !
Cette histoire se termina plus de 200 ans plus tard avec le dynamitage du puits de St-Florent le lundi 26 mai 1975. Le puits de Saint-Florent avait été créé après la nationalisation en 1946. Il fut un des puits les plus importants et les plus modernes d’Europe. Victorin Duguet donna le premier tir de mine de ce nouveau puits de St-Florent dont le creusement avait commencé le 2 septembre 1946. Rappelons que Victorin Duguet, né au Martinet, fut le premier Président des « Charbonnages de France ». Il était ancien mineur de fond comme son frère Elie Duguet, auteur du livre « Le chemin de l’Arbousset, les luttes des « gueules noires » en Cévennes».
Je voudrais profiter aussi de cette occasion pour saluer tous ceux –écrivains locaux contemporains - qui ont eu des ancêtres ou des proches parmi les mineurs et qui ont évoqué ce vécu de la mine, soit en tant qu’historien soit par des récits autobiographiques. Et je ne citerai que:
G. Delmas dans son étude sur la vallée de l’Auzonnet, P. Mazodier avecPichÒtPèire, Jean Bouchon, Les enfants de la vallée noire,Marc Cellier, Saint-Jean-de-Valériscle. 
La vie quotidienne et économique a été également parfaitement présentée par Annie Cambon et Odile Pagès dans un chapitre du collectif sur Robiac-Rochessadoule qui illustre particulièrement « le quotidien » d’une famille de paysan-mineur. Le métier de mineurs a aussi été très bien écrit, dans le même ouvrage, sous la plume Stéphan Adam. Citons d’autres auteurs pour des mines proches, comme Georges Fontane, Les quatre temps de la vie d’un mineur cévenol (sur Molières/Cèze)…ou Laurent Aiglon, responsable de la Maison des mineurs de La Grand Combe et auteur de conférences et d’articles sur ce sujet.
Entre ces 2 dates, 1758 et 1975, une organisation fut mise en place notamment par la loi de 1810. Elle affirme que le sous-sol n’appartient pas au propriétaire du sol et elle instaure le régime des concessions qui sont établies à partir d’un repère géographique.
Ainsi le clocher de l’église de Saint-Florent, fut à l’intersection de trois concessions, tracées en lignes droites :
-         La concession des « Houillères de Trélys et Palmesalade » à partir d’août 1825 et qui fut la plus importante de la vallée
-         Celle de Robiac-Meyrannes en octobre 1821, qui fut ensuite rattachée à Bessèges
-         Celle de « Saint-Jean-de-Valériscle » qui, ultérieurement, constitua la 5è division de la Compagnie des mines de la Grand-Combe
Le développement des mines a donc eu lieu surtout au XIXe siècle, où le charbon, seule source d’énergie importante, qui existait en grande quantité dans notre sol, a été le moteur et le moyen d’industrialisation du pays.
Beaucoup de nos ancêtres dans cette vallée étaient alors des paysans. Ils vont devenir, peu à peu, des « paysans-mineurs » dont il faut saluer la ténacité et le courage réalisant souvent deux activités en une journée !
Cette exploitation dans la vallée va se développer notamment grâce à la mise en place, en 1880, du train reliant Le Martinet à Alès. Moyen de transport plus efficace que le dos de mulet… pour transporter du charbon extrait des puits de l’Arbousset et de Pisani. Partant de là, il y aura un développement conséquent de l’exploitation des mines d’où la nécessité d’un recrutement important…et donc une augmentation de la population.
Commence dès lors le développement de cette exploitation minière. Très vite, la population de « paysans-mineurs » s’avérant insuffisante, on a recours, dans un premier temps, aux habitants des départements proches - Lozère, Ardèche - puis à ceux des « pays étrangers » : Italie, Espagne, Maghreb… et Pologne.
Le nombre d’habitants va augmenter considérablement. Peu à peu, de nouvelles communes se créent, tel les Mages en 1834, Molières-sur-Cèze en 1882, Le Martinet en 1921. Prenons ce dernier exemple : Cette nouvelle commune du Martinet comptait en 1872, 455 habitants. Lors de son autonomie, en 1921, elle comptait 2.358 habitants, c’est dire qu’elle avait quintuplé sa population en 50 ans.
Quant à la population de Saint-Florent qui avait plus que triplé entre le moment de la Révolution, et le début du XXe, elle comptait 1 662 ha après l’autonomie du Martinet mais 2 266 en 1962 alors que fonctionnait la mine de St-Florent.
Je rappelle par ailleurs que Bessèges (en 1878), puis La Grand Combe (en 1914), grâce au développement de la mine, devinrent tour à tour les 3è villes les plus importantes du Gard après Nîmes et Alès alors que quelques années auparavant elles n’étaient que des hameaux !
Nous voulons par ailleurs rendre hommage aux mineurs qui accomplirent un travail difficile et dangereux.
Ce musée, en rassemblant ces objets, outils, images… rappelle ces métiers difficiles, et pénibles (On entrait dans les mines qu’à partir de l’âge de 13 ans… grâce à une loi du 19 mai 1874 !, «considérée » comme humaniste à l’époque).
Difficile donc par les conditions de travail, mais aussi dangereux de par les accidents, éboulements, chutes, inondations, grisou… Il faut ici rappeler l’accident de grisou qui fit 16 morts le 8 mars 1900 à Trélys-Rochessadoule, celui du 4 avril 1921, au puits de l’Arbousset (Martinet), qui fit 16 morts. Plus récemment d’autres accidents mortels sont survenus, celui de Saint-Florent, le 28 novembre 1956… alors que les mineurs se préparaient à célébrer la fête de la Sainte-Barbe, l’accident causa alors la mort de 4 mineurs et en blessa 3 autres. Mais citons aussi celui du 18 décembre 1958 : un coup de grisou fut la cause de 9 morts au Pontil (Pradel), celui du 1/02/1963 qui provoqua la mort de 3 mineurs, et celui du 2/03/1967 : 5 morts ! Rappelons également des inondations comme celle de Lalle en octobre 1861 (commune de Bessèges) qui fit 105 morts et qui fut relatée par Hector Malot dans Sans famille). Je rappelle enfin l’importance des maladies comme la silicose qui fit souffrir tant de mineurs et qui ne fut reconnue comme maladie professionnelle qu’en août 1945.

Conclusion :
L’intérêt de ce musée est de garder trace de ce patrimoine qui a tant compté pour nos ancêtres dans leur vie quotidienne – une vie de labeur - pendant plusieurs générations. Ce musée exprime aussi notre Reconnaissance pour une profession qui a contribué notamment au redressement économique de la France après la seconde guerre mondiale.
Il est donc un témoignage de ce passé et il rejoint d’autres témoignages comme La maison du mineur à La Grand Combe, ou encore La mine témoin à Alès. Il est constitué en souvenir de cette activité, qui a eu tant d’importance dans notre région, et en particulier dans notre vallée.
Mais c’est aussi et surtout un hommage à un peuple de gens simples qui ont dû - sous terre- lutter contre les quatre éléments pouvant être mortels : la terre, l’air, l’eau et le feu. Leurs conditions de travail étaient pénibles et dangereuses, et leur durée de vie d’ailleurs, à toute époque, fut moindre que la moyenne nationale. Tout cela alors que leur travail permettait de chauffer les familles, d’éclairer le pays, goudronner les routes, d’alimenter les usines, les cimenteries, les chemins de fer…
Nous conclurons donc avec les mots de Georges Tiffon, ancien Secrétaire général adjoint des Charbonnages de France (1961-81), qui, après quelques heures passées au fond d’un chantier particulièrement difficile, dit « qu’il n’écrirait plus jamais le mot mineur sans y mettre un M majuscule »…

Je vous remercie de votre attention !